Sources généalogiques juives

Formulaire type d’inscription créé pendant la Shoah par l’administration communale belge. Il indique le nom de la personne (Mozes Pinkas Apsel), la date et le lieu de naissance (Doliniany, 11 Novembre 1909), la profession (vendeur), la nationalité (polonais), des informations sur le père (Markus, né à Olchowiec en 1880), sur la mère (Pepa Apsel, né à Doliniany en 1878), le père du père (Salomon Apsel). Il est prévu d’y ajouter des informations sur les autres grands-parents, mais celles-ci manquent. (© Musée Juif de Belgique)

Une des principales sources sont les cimetières. Depuis, la seconde moitié du XIXe siècle existe dans certaines communes ce que l’on appelle des « carrés juifs » gérés par les sociétés d’inhumations des communautés israélites. Arlon, Dilbeek, Evere, Gand, Hoboken, Kraaïnem, Marcinelle, Oostende, Robermont, Uccle, Wezembeek-Oppem sont les principaux lieux de sépulture.

Elles disposent aussi de quatre lieux d’inhumations aux Pays-Bas. À Putte il y en a trois: le cimetière de la Shomre Hadass d’Anvers, le cimetière de la Machsike Hadass d’Anvers et de Bruxelles; et le cimetière de la Fondation d’inhumation Frechie.
À Eysden existe celui de la communauté israélite de Liège.

Les historiens, depuis longtemps, ont découvert dans les archives d’un certain nombre d’administrations communales une autre source d’information fiable : les recensements de 1756, 1803, 1815, 1829 et 1835 où les Juifs en tant que tels apparaissent sans que cela pût porter à conséquences.

Néanmoins, dès le début de l’occupation de la Belgique, sur base de l’Ordonnance du 28 octobre 1940, les Allemands imposèrent aux administrations communales du pays une directive selon laquelle tous les Juifs soient inscrits sur des fiches spécifiques sous peine de lourdes sanctions. Ces fiches devaient reprendre la composition de la famille, la domiciliation, la profession, la religion, les noms et prénoms avec lieux et dates de naissance de tous, ainsi que des aïeux paternels et maternels. La fiche devait être datée et signée.

Ces plus de 57.000 fiches, rassemblées dans pas moins de 212 classeurs et déposées en 1991 par le Service social juif de Bruxelles au Musée juif de Belgique sous l’appellation « Registre des Juifs ».
On connait aujourd’hui le sort funeste de la majorité de ceux qui participèrent à ce recensement !

L’accès du public à cette base de données est interdit, mais une information complète à partir de la personne enregistrée peut être fournie sur demande écrite d’un descendant de la personne inscrite (voir Musée juif de Belgique dans la liste des archives juives et Kazerne Dossin.eu).

De nombreuses informations ont été perdues à cause de la Shoah. Mais aussi de par le manque d’intérêt pour la conservation d’archives, dans le chef de certains responsables communautaires

Sur ce site vous trouverez la liste des principales institutions et organisations belges qui conservent des données généalogiques et juives ainsi que la liste des institutions nationales, provinciales et locales qui conservent les données civiles: naissance, mariage, divorce et décès.
Les dossiers notariaux et judiciaires peuvent être utiles également mais constituent des archives spécifiques, d’un niveau plus spécialisé.

Toute personne constatant une erreur ou une omission est priée de bien vouloir contacter l’éditeur responsable pour qu’il fasse la modification dans les meilleurs délais.

Flags Widget powered by AB-WebLog.com.