Les principales périodes d’immigration

Les principales périodes d’immigration juive dans le territoire actuel de la Belgique

Des Juifs ont immigré sur le territoire actuel de la Belgique principalement durant trois périodes :

    • Entre les XIIe et XIVe siècles
    • De l’expulsion des Juifs d’Espagne (en 1492) jusqu’au XVIII è siècle
    • De la Révolution Française à l’époque contemporaine (1)

Pierre tombale de Dame Rebecca (62 x 64 cm), datant de 1255-56 et trouvée en 1876 à Tirlemont. Collection Musées royaux d’Art et d’Histoire (Photo : ©MJBP)

L’immigration des Juifs en Belgique entre les XIIe et XIVe siècles
Entre les XIIe et XIVe siècles, des Juifs originaires principalement des régions allemandes rhénanes, se sont installés principalement dans le duché de Brabant à Bruxelles et dans le comté du Hainaut à Mons.
Ils ont formé de nombreuses petites communautés. Tandis que régnait la Peste Noire (1348-1349) l’Église catholique les a accusés d’avoir profané le pain sacré, l’hostie. En 1370, les Juifs qui avaient survécu à l’épidémie ont été brûlés sur le bûcher à Bruxelles, et la communauté juive a presque entièrement disparu.
Les plus anciens vestiges de la pré­sen­ce des Juifs sur le territoire actuel de la Belgique est la pierre tombale d’une femme juive inhumée à Tirlemont en 1255. En Allemagne, la bibliothèque de l’Université de Hambourg conserve un manuscrit hébreu de 1310 écrit par un scribe bruxellois.

De l’expulsion des Juifs d’Espagne au XVIII è siècle
Après l’expulsion des Juifs d’Espa­gne en 1492, et du Portugal en 1497, les marchands Juifs convertis, assez aisés, que l’Inquisition nommera marranes ou Crypto-Juifs, se dispersèrent en Europe. Ils s’établirent notamment dans les 17 provinces sous domination espagnole. Les provinces du nord deviendront indépendantes sous le nom de Pays-Bas de par le Traité de Münster de 1648, tandis que les provinces du sud correspondent à peu près à ce que sera la Belgique contemporaine. Les Provinces du Nord aux Pays-Bas deviennent indépendantes par le traité de Münster en 1648.

Louis Gallait (1810-1887). Famille juive accusée de recel d’objets religieux et torturée par les membres de la Sainte Inquisition. Huile sur toile, 1885. Collection du Museum van Schone Kunsten Gent (inv.1885-B). (© D. Dratwa)

Au début du XVIème siècle, les marranes installés à Anvers ont joué un rôle économique et financier important dans la ville. Cependant, en raison de la pression espagnole, la plupart des marranes ont quitté Anvers dans les années 1540-50, mettant fin à la seconde période d’immigration juive dans nos contrées.

Bien que certains marranes soient retournés à Anvers au XVIIe siècle, ils ne purent plus y jouir d’un statut économique et financier comparable à celui qu’ils avaient connu un siècle auparavant. Une synagogue secrète a existé à Anvers au cours des années 1650-94. Quelques poètes marranes ont vécu à Bruxelles.

Au cours du XVIIIe siècle, la présence juive dans les Provinces du Sud, alors sous administration autrichienne, reste faible ; environ 100 Juifs -chef de famille- vivaient à Bruxelles en 1756.

Flags Widget powered by AB-WebLog.com.